HISTOIRE DE L’ÉTABLISSEMENT

histoire-etablissement

 

La naissance de Fénelon

Dès 1788, l’évêque d’Evreux, dont une partie d’Elbeuf dépend, approuve le projet d’ouverture d’un collège catholique à Elbeuf.

Le 20 janvier 1885, l’archevêque de Rouen, Monseigneur Thomas, demande la construction d’un collège. En avril de cette même année les fondations sont achevées, Monseigneur Thomas vient bénir la première pierre: Fénelon est né ! L’école accueille les élèves jusqu’en classe de 5ème et propose un internat.

Fénelon s’agrandit

En 1888, l’abbé Renaud, Président du Conseil d’administration de la société civile de l’école Fénelon, propose la construction d’une chapelle, l’oratoire étant devenu trop exigu. En 1889, une classe de 4ème est ouverte. L’ancien oratoire devient un dortoir. De 1896 à 1897, les travaux se poursuivent. L’école accueille désormais 120 élèves, encadrés par 9 professeurs, 5 religieuses et 5 domestiques. En juin 1897, Fénelon fête ses deux premiers bacheliers. De 1899 à 1900, le chiffre des pensionnaires est alors de 55 pour un total de 125 élèves. Les dortoirs s’agrandissent. L’ouverture d’un lycée public à Elbeuf n’entrave pas le développement de l’école. Pas un élève ne quitte Fénelon.

Fénelon, pendant les deux guerres

En août 1914 Fénelon réquisitionné par l’armée Française, se transforme en hôpital militaire. La rentrée de 1914 s’effectue tant bien que mal dans des locaux disséminés place de l’hôtel de ville. Les demi-pensionnaires prennent leurs repas au restaurant « le progrès ». Alors que l’école regrette la mort de nombreux anciens élèves et professeurs, des réfugiés arrivent entre 1914 et 1918. On note alors une augmentation des effectifs. Juillet 1939 : la seconde guerre éclate. Le nombre d’élèves passe à 153 par un afflux important de pensionnaires de la région parisienne. Le 8 juin 1940, le bombardement de la gare de marchandises d’Elbeuf par un avion allemand met un point final à l’année scolaire 39-40. Les dortoirs vides de pensionnaires accueillent des réfugiés belges. Le 1er août 1940, l’école est réquisitionnée. L’autorité militaire allemande, occupe une grande partie de l’établissement. Le 25 juin 1944, quatre obus s’abattent sur Fénelon. En 1946, une partie de la rue de Lorraine reçoit le nom de rue de l’Abbé Becquet, maire provisoire d’Elbeuf.

 

Fénelon, la reconstruction

L’après-guerre est le temps des grands travaux dans Fénelon. L’édifice est rénové, modernisé. En 1951, on aménage un terrain de sport. En 1953 l’école se modernise : Le chauffage central et des chauffe-eau pour les douches sont installés, la cour est goudronnée. En 1956, la cour d’honneur est plantée de neuf tilleuls. Il faut attendre 1963, pour voir la cuisine et le réfectoire rénovés.

En octobre 1966 la mixité est faite pour le second cycle.

De 1968 à 1969, la construction d’un nouveau réfectoire est entreprit, avec un libre service qui accueillera les 125 internes et 339 demi-pensionnaires.

En 1970, la mise en service de nouvelles salles de classes va permettre de réserver le manoir entier aux filles : chambres de pensionnaires, foyer, bibliothèque, salle d’étude. Tenu par des sœurs, ce dernier a la chaleur d’une grande maison familiale. Fénelon atteint alors le plus grand nombre de pensionnaires :146. Les dernières pensionnaires quittent l’établissement en 1980.

En 1971 est inauguré un nouveau bâtiment le bâtiment Becquet. Construit en six mois, ce nouvel ensemble comprend 12 classes et un grand préau. Le nombre d’élèves augmente considérablement et Fénelon se divise, d’un côté les écoles maternelles et primaires, de l’autre le collège et le lycée. L’Institution Fénelon signe alors un contrat d’association avec l’Etat.

En 1992 le batiment Tassel est construit. Il comprend aujourd’hui la plus grande partie des laboratoires de physiques, chimies et SVT. En 2000 c’est au tour du gymnase de voir le jour.

Des onze prêtres qui se sont succédés au poste de directeur de 1885 à 1979, c’est le père Bardon qui reste une figure emblématique. Au départ du Père Bardon Fénelon sera dirigé en intérim par Jean-Louis Denis, premier Chef d’Établissement laïque.

 

Voir la galerie de photos  

Vous possédez des photos anciennes sur Fénelon et son histoire ?
N’hésitez pas à nous les faire parvenir nous les publierons sur le site.